Copyright 2007-2012
Built with Indexhibit

Le travail de Bertrand Parinet n’a jamais le statut d’objet. Il est d’emblée une proposition d’exposition. Là où il a lieu, il met à l’oeuvre l’exposition des lieux. Il sort l’espace de ses cadres, l’architecture de ses codes, les bâtiments de leur réserve.
Il amorce une transgression des limites imparties à l’espace construit. Passer et voir à travers, travail de passe-muraille.
Le terme d’ “amorce” qu’utilise Parinet a valeur d’indice pour pointer la matériologie d’un travail qui physiquement et visuellement traverse l’espace et fait signe dans les trois dimensions. Il ne s’y arrête pas. Le jeu matériel des éléments signifiants, dans la rigueur plastique de leur séduction, induit un temps d’exposition. C’est un temps en puissance comme, entre des électrodes, la virtualité de l’éclair.
L’oeil en produit l’espacement, en devient le voyant.
Nous sortons de la distanciation en trompe l’oeil des confinements esthétiques. Nous entrons dans l’exposition d’un présent cosmique. Nous y sommes exposés. Nous en sommes l’exposant.
L’exposition nous traverse comme nous traverse le temps du monde.

René Denizot, mars 2001